Nous suivre
Illustration : Android Things

Objets connectés

Google dévoile son OS Android Things

Google, qui s'est toujours intéressé au concept des "objets de l'internet" vient de faire un bond en avant en dévoilant un OS pour les objets intelligents. Le moteur de recherche veut visiblement rééditer le succès d'Android pour les smartphones où il occupe 90% du marché mondial.

Une mise à jour clé

Google veut rendre encore plus intelligents et autonomes les objets connectés en lançant Android Things. L’OS pour objets intelligents a été mis sur le marché peu après Home, un assistant personnel pour la domotique, c’est-à-dire le pilotage des appareils électroménagers. Cela laisse augurer de nombreuses interactions possibles entre les deux dans un futur proche.

Google a annoncé lors du lancement d’Android Things que ce changement de marque représente une mise à jour capitale destinée à rendre le développement d’un produit avec un OS beaucoup plus facile. En effet, contrairement à Brillo, une version avant-première d'un OS pour objets intelligents conçue par le géant américain et dévoilée lors du Consumer electronic show (CES), le plus important salon consacré à l'innovation technologique en électronique grand public, le développement sur Android Things peut être utilisé avec les mêmes outils de développement que l’Android classique. Android Things est donc une version améliorée de Brillo.

Google lorgne en direction des marques d’objets connectés

Cependant, il est à noter que si Android Things comporte le nom de l’OS mobile "Android", il n’a rien à voir avec. Il s’agit plutôt d’une stratégie marketing pour accrocher les consommateurs. Google l’explique en des termes clairs : "Android Things est un système d’exploitation que vous ne verrez pas vraiment. Il travaillera en arrière-plan pour permettre aux périphériques intelligents de gérer des tâches complexes".

Avec Android Things, l’assistant personnel Home et le protocole de communication entre objets Weave, lancé il y a quelques mois, Google dispose désormais de tous les éléments permettant de proposer des produits qui fonctionneront dans un système domestique. Cela pourrait intéresser de nombreuses marques spécialisées dans les objets connectés. Toutefois, la firme de Mountain View n’est pas seule dans la course, car Microsoft a déjà commencé à travailler sur Windows 10 IoT, un OS également destiné aux objets connectés. La concurrence sera donc rude.

En ce moment sur le bouquet Zeop