Nous suivre
Illustration : connexion Internet

Actualités

Cyberattaque mondiale : les experts dénoncent un programme dangereux

Des milliers d'ordinateurs dans le monde ont été infectés fin juin par un logiciel malveillant. Selon les analystes, il s'agit d'un programme qui efface tout simplement les données, sans possibilité de les déchiffrer.

Le danger serait plus important que prévu. La cyberattaque mondiale qui a affecté des milliers d'ordinateurs en les rendant inopérationnels a causé des pertes de fichiers de façon irréversible. Que s'est-il réellement passé?

Un objectif destructeur

Une cyberattaque mondiale a touché des milliers d'ordinateurs le mardi 27 juin notamment en Ukraine, en Russie, mais aussi en France. En conséquence, des fichiers ont totalement disparu sans aucun moyen de les récupérer. Le ransomware Petya ou Petrwrap, un logiciel de rançon ou rançongiciel était d'abord mis en cause dans cette vague d'attaques informatiques. Mais la situation est bien plus compliquée que ces premières constatations. Des analyses plus poussées ont révélé que derrière cette version de Petya se cache une autre fonction visant à effacer purement et simplement les données. Il est en effet différent des autres logiciels de rançon, car il a surtout une mission destructrice.

Pas d'intérêt pour l'argent

Plusieurs experts en sécurité ont confirmé cette conclusion notamment l'éditeur russe d'antivirus Kaspersky et le hacker français reconnu Matthieu Suiche. Par ailleurs, les hackers ne semblaient pas vraiment intéressés par l'argent. Au total, 10 000 dollars (8 734 euros) ont été récoltés, une somme infime par rapport aux 140 millions de dollars (122,2 millions d'euros) réunis par WannaCry, responsable de la cyberattaque mondiale de mai 2017.

Une attaque plus grave

Matthieu Suiche est allé plus loin en déclarant que le stratagème du ransomware est une diversion pour cacher une attaque bien plus grave et ciblée. "Nous pensons que le ransomware était en fait un leurre pour contrôler le récit médiatique, surtout après les incidents de WannaCry (la cyberattaque mondiale de mai 2017)", a expliqué le spécialiste dans des propos rapportés par RTL. Tanguy de Coatpont, le directeur général de France de Kaspersky Labs a souligné que c'est loin d'être un acte de cybercriminalité classique.
 

En ce moment sur le bouquet Zeop